PSX_20210824_115459.jpg

Absence remarquée?

Ça fait longtemps que je vous ai écrit! J’espère que vous ne vous êtes pas trop ennuyés de La cuisine bleue. Je n’avais pas tellement le cœur à écrire des recettes pendant l’été, surtout que je n’ai pas fait grand chose de traditionnel. Ceux qui me suivent sur Instagram savent que j’ai cuisiné énormément de plats thaïlandais pendant l’été. Puisque ce n’est pas un blogue de cette cuisine que je maintiens, je me suis abstenu…

Jusqu’à maintenant, je passe un très bel été et mon mari et moi avons été plutôt occupés à faire des activités de « la vie d’avant » comme aller visiter de la famille et des amis, aller au resto et voyager un peu pour le plaisir. Ça a fait du bien ce semblant de normalité! Comme l’année dernière, bien sûr nous avons aussi passé énormément de temps à la maison. Comme l’année dernière, j’ai beaucoup jardiné. Ma cour arrière est encore plus luxuriante que l’été passé. Évidemment, j’ai toujours mes bacs de basilic génois, mais cette année, j’ai aussi du basilic sacré. J’ai aussi quelques pots de piments thaïlandais et du Cachemire.

Cela dit, ma plus grosse récolte, ce sont les tomates. Une amie qui vit outre-Outaouais a fait une centaine de semis de tomates — toutes de variétés plus obscures les unes que les autres. Elle m’en a donné dix en tout, qu’elle m’a livrés personnellement alors que la frontière interprovinciale était toujours fermée. La vilaine! De ces dix plants, cinq ont survécu à la transplantation. Parmi ceux-ci j’ai les variétés suivantes: ‘Beefsteak’ (une tomate rouge de taille moyenne à grosse, qu’on retrouve souvent à l’épicerie sous le nom ‘Heirloom’ ou ‘Patrimoniale’ bien qu’elle n’ait rien à voir avec le Québec), ‘Believe it or not’ (une tomate rouge-orangée de taille gargantuesque) et ‘Deutscher Fleiß’ (une variété allemande de petites tomates rouges en grappe très productive).

Ma première recette

La saison des tomates ne faisait que commencer lorsque je suis parti en vacances. C’est ainsi qu’à mon retour, je me suis retrouvé avec une surabondance de tomates mûres. N’ayant pas eu le temps de faire une vraie commande d’épicerie et ayant tout sous la main, j’ai donc décidé de faire une sauce tomate avec avant qu’elles ne pourrissent.

Qu’est-ce qu’on sert avec de la sauce tomate dans ma famille? Des spaghettis! Je sais que j’ai partagé il n’y a pas si longtemps que ça une recette familiale similaire. Soyez sans crainte, je ne recycle pas déjà mon contenu. Il s’agit d’une recette très différente.

En fait, c’est en quelque sorte de « l’ancêtre » ou de la version « originale », si on veut, qui a servi d’inspiration au classique familial cité précédemment. Il s’agit également du premier vrai repas que j’ai préparé moi-même à ma famille (ou du moins, le premier dont je me rappelle). Je parle donc de ce classique italo-américain : les spaghettis à la sauce marinara.

Je me rappelle de ma découverte de cette recette comme si c’était hier. C’était en février 1998, j’avais 12 ans. À cette époque, c’était l’heure de gloire de MusiquePlus, chaîne québécoise de télévision spécialisée dans les vidéoclips musicaux. Cette année-là, le groupe de musique électronique français Daft Punk a sorti son dernier single de l’album Homework, « Revolution 909 ». Dans le vidéoclip du titre, on y voit une dame âgée probablement italo-américaine préparer une sauce marinara classique qu’elle sert sur des spaghettis en guise de lunch pour son fils policier. En sous-titre à l’écran, on peut lire les instructions de la recette à chaque étape de préparation. C’est la toute première recette que j’ai transcrite dans mon livre. Cette sauce me semblait si exotique et tellement différente de celle de ma mère. Je jurai de la préparer le plus tôt possible.

PSX_20210824_115933.jpg

Cette même année, peu de temps après, en octobre, Loblaws acheta Provigo, qui était l’entreprise propriétaire de la bannière de notre épicerie familiale. C’est alors que mon village a pu avoir accès à des produits exotiques tels que l’huile d’olive extra vierge pressée à froid et le parmigiano reggiano DOC. C’est aussi peu de temps après le retour de mon oncle Martin au village (il habitait auparavant à Montréal et en Inde) et qu’il soit devenu gérant de l’épicerie. Sous sa gouverne, il était maintenant possible, dans mon petit patelin, de mettre la main sur du basilic frais. Tous les ingrédients étaient réunis afin que je puisse préparer cette recette qui allait devenir mythique.

Je crois que ce fut un succès. Tout le monde a adoré, surtout ma sœur. Elle me demandait souvent de lui préparer « mon spaghetti au basilic » par la suite.

Sans plus tarder, voici donc la recette.

PSX_20210824_115654.jpg

Sauce marinara

Pour 4 personnes - Préparation : 30 min.   Cuisson : 1 h

Ingrédients

  • 8 grosses tomates fraîches, bien mûres ;
  • 3 c. à soupe d’huile d’olive extra vierge, pressée à froid ;
  • 2 piments forts séchés ;
  • 1 oignon jaune, émincé ;
  • Sel et poivre frais du moulin, au goût ;
  • Quelques feuilles de basilic frais.

Préparation

  1. Pelez les tomates en les blanchissant. Pour ce faire, dans une grande marmite, portez une grande quantité d’eau à ébullition. Pendant que l’eau chauffe, faites une petite incision en croix sur le cul de chaque tomate en veillant à ne percer que la peau. Plongez les tomates dans l’eau bouillante quelques secondes, la peau fendillera, comme si elles étaient sur le point d’exploser. Retirez-les de l’eau bouillante et plongez-les immédiatement dans un grand bol d’eau glacée pour stopper la cuisson. Avec un petit couteau, retirez la peau des tomates et équeutez-les. PSX_20210824_115541.jpg PSX_20210824_115611.jpg
  2. Dans une casserole, faites chauffer l’huile d’olive à feu doux avec les piments forts pour infuser leur saveur dans l’huile. Pendant ce temps, émincez l’oignon finement. Ajoutez-le dans la casserole avec l’huile et faites-le suer très doucement avec une pincée de sel. Jusqu’à ce qu’il soit transparent.
  3. Pendant ce temps, hachez les tomates en dés, puis ajoutez-les aux oignons dans la casserole. Portez à ébullition à feu moyen et faites mijoter environ 1 h. À mi-cuisson, déchirez les feuilles de basilic à la main et ajoutez-les à la sauce. Retirez également les piments (surtout si vous en avez mis plus de 2). Lorsque la sauce est cuite, rectifiez l’assaisonnement. PSX_20210824_115721.jpg
  4. Servez cette sauce en accompagnement de vos pâtes préférées, cuites al dente et du vrai parmesan frais râpé. Décorez chaque assiette d’une belle feuille de basilic.

Notes

Cette sauce est une excellente sauce tomate de base pour tous vos besoins. En particulier, elle fait une très bonne sauce à pizza. Vous pouvez la préparer en grande quantité et la mettre en pots.

Si après les avoir pelées, vous réalisez que vos tomates sont un peu palotes, vous pouvez ajouter 1 c. à soupe de pâte de tomates en début de cuisson.

PSX_20210824_115812.jpg

Bon appétit!