PSX_20210613_215740.jpg

Premier signe de l’été

Il fait un temps vraiment beau et chaud de façon ininterrompue ici depuis plusieurs semaines. Il fait tellement beau que les fraises ont devancé leur saison habituelle d’au moins deux semaines! Le tout malgré un gel tardif à la fin mai. C’est tout un exploit!

Pour moi, la fraise des champs a toujours été le signe du début de l’été. C’est aussi mon fruit préféré. Je me souviens que dès que l’on entendait mot que les fraises du Québec étaient sorties, ma mère courait les étals des vendeurs de fruits et légumes. Au Lac-Saint-Jean à cette époque, les meilleures se trouvaient aux kiosques de marchands ambulants en bordure des routes. Elle en achetait plusieurs gros paniers de bois et pour les semaines qui allaient suivre, toute la famille avait droit à un festin de fraises à chaque matin: des tartines aux fraises ou comme ont les appelaient chez nous des toasts aux fraises écrasées. Ce déjeuner est vraiment mon préféré. Ce sera donc la recette d’aujourd’hui.

Bon, on va se le dire tout de suite, c’est plus une technique qu’une véritable recette, mais je tenais à partager cette tradition familiale estivale avec vous. C’est ridiculement facile et rapide à faire et ça devrait plaire à tout le monde.

Histoire de la recette

Les fraises aux Québec

Les fraises sauvages font partie de l’ordinaire québécois depuis les temps les plus reculés de la Nouvelle-France et aussi chez les Premières nations. Il existe deux espèces sauvages de ce petit fruit rouge qui poussent spontanément, soit dans les sous-bois (Fragaria vesca qui est aussi l’espèce endémique d’Europe) ou dans les clairières naturelles (Fragaria virginiana, la fraise sauvage la plus courante ici). Ces dernières sont minuscules comparées aux fraises cultivées (elles mesurent env. 1 cm). Elles sont aussi beaucoup plus sucrées. Hélas, elles sont extrêmement fragiles et se gâtent très rapidement. C’est pourquoi Mamie en faisait de délicieuses confitures aussitôt cueillies. Jacques Cartier aurait rapporté quelques plans de nos fraises sauvages en France après ses premiers voyages.

La fraise des champs est cultivée par les Européens depuis au moins 1000 ans av. J.-C. Ce sont apparemment autour de Rome que les premières cultures sont apparues.

À l’époque où nos ancêtres français ont traversé l’Atlantique, c’étaient les Hollandais qui étaient les rois de la culture des fraises sur le Vieux Continent. Ils avaient réussis à créer une version géante de la fraise sauvage d’Europe (Fragaria vesca) qui était la plus courante à la Renaissance. Après la découverte du Nouveau Monde les Espagnols ont découvert que les peuples indigènes du Chili cultivaient une fraise encore plus grosse que la fraise de Hollande (Fragaria chiloensis). Les Français en ont obtenu des plants et les ont hybridés avec nos Fragaria virginiana pour créer la fraise cultivée actuelle (Fragaria ×ananassa) vers 1750. Cette nouvelle fraise, comme beaucoup de spécialités françaises apparues à la fin du XVIIIe n’a donc jamais vraiment eu le temps d’être rendue disponible ici étant donné la Guerre de la Conquête.

Cela dit, vers 1860, des agronomes de la région de Québec ont croisé la Fragaria ×ananassa, relativement capricieuse dans nos climats, avec la variété locale de fraise des bois (Fragaria vesca ssp. americana) plus rustique et plus petite. La fraise de l’île d’Orléans est née! Pratiquement toutes les fraises du Québec sont issues de ce cultivar. C’est pour cette raison que les fraises d’ici sont généralement plus petites que celles de Californie et plus sucrées.

La recette

Tartines aux fraises

Pour 1 personne - Préparation : 10 min. - Cuisson : s/o

Ingrédients

  • 10-15 fraises fraîches du Québec ;
  • 1 c. à thé de sucre (au goût, selon la sucrosité des fraises) ;
  • 2 tranches de bon pain croûté ;
  • 2 c. à thé de beurre salé.

Préparation

  1. Lavez bien les fraises à l’eau courante froide. Séchez-les bien. Équeutez-les et coupez-les en quartier. Placez-les dans un bol ou une assiette creuse. Écrasez-les à la fourchette jusqu’à l’obtention d’une purée extrêmement grossière. Sucrez la purée de fraises à votre goût.
  2. Faites griller le pain au grille-pain. Beurrez les rôties généreusement. Répartissez la purée de fraises également sur les rôties et étendez-la uniformément. Dégustez avec un bon café!

Notes

Évidemment, comme cette « recette » est très simple, la qualité de chaque composante est primordiale. Utilisez du bon pain de boulangerie artisanale ou bien fait maison et utilisez du vrai beurre. Pour choisir de bonnes fraises, assurez-vous qu’elles soient d’un beau rouge vif préférablement foncé, brillantes et petites. Les grosses fraises sont généralement moins goûteuses. Assurez-vous aussi que leur cœur ne soit pas vide. Les fraises de début de saison sont également moins sucrées que celles de fin de saison. Conservez-les au frigo dans leur panier, mais consommez-les dans les 3-4 jours, les fraises des champs moisissent rapidement.

Pour une version plus gourmande de cette recette, vous pouvez ajouter une chiffonnade de menthe ou de basilic frais à la purée de fraise ou arroser les rôties d’un filet de crème 35%.

PSX_20210613_215706.jpg

Bon appétit!