IMG_20200422_184727.jpg

Une recette peu connue

Cette semaine, je vais vous parler d’une recette québécoise assez peu connue : les côtelettes de porc à la sauce tomate. C’est une recette de mon enfance et de l’enfance de ma mère. C’est aussi, je crois, une recette assez courante de la cuisine familiale. Dans ma famille, on mangeait généralement ce plat sur l’heure du midi, car il est très nutritif, assez facile et rapide à préparer, en plus d’être très économique. Les côtelettes de porc sont, en effet, très peu chères comparées aux autres viandes. En plus, le porc dans nos épicerie est généralement local alors c’est un bon moyen d’encourager les producteurs locaux.

Je n’ai pas vraiment d’histoire touchante ou de souvenir d’enfance poignant à raconter sur cette recette puisqu’elle avait plutôt un rôle utilitaire dans la famille. Cela dit, c’est assurément quelque chose qui plaît à tout le monde et que vous pouvez définitivement ajustez à vos goûts.

Histoire de la recette

Les côtelettes de porc à la sauce tomate sont probablement une des seules véritables recettes italo-québécoises. Elle est née soit à la fin du XIXe s. ou au début du XXe s. du contact des ouvriers francophones de Montréal avec les tous premiers immigrants italiens.

Le plat consiste en des côtelettes de porc mijotées dans une sauce tomate et servies sur des pâtes. En ce sens, il serait un descendant direct du ragù napoletano, qui partage une définition similaires : des pièces de viande de bœuf, de porc ou de veau mijotées dans une sauce tomate. La seule différence est que seule la sauce tomate est servie avec les pâtes en entrée et les pièces de viande sont servies en plat de résistance.

Les immigrants italiens auraient donc été les premiers à préparer un plat similaire dans les quartiers pauvres de Montréal que leurs voisins francophones se seraient empressés de copier pour ensuite mettre à leur goût en supprimant les assaisonnements qui leur étaient peu familiers.

Cette thèse peut se vérifier par la version la plus célèbre de la recette : celle de la mère de nul autre que Michel Tremblay! En 2004, dans le cadre de l’émission de cuisine À la Di Stasio, il a préparé cette recette qu’il tient de sa mère et dont il a expliqué les origines. Et l’on sait que dans son oeuvre, Tremblay, fait plusieurs fois référence à du voisinage Italien. Pour en savoir plus sur les premiers contacts entre les Québécois et les premiers Italiens venus ici, vous pourrez lire le chapitre à cet effet dans l’ouvrage de Michel Lambert (Histoire de la cuisine familiale au Québec, vol. 5, pp. 283-284).

Quelques années plus tard, le 4 décembre 2015 à Curieux Bégin, la même recette réapparaît, mais préparée cette fois-ci par l’actrice Rita Lafontaine qui explique qu’elle la tient de Michel Tremblay.

La recette a également été publiée dans l’ouvrage d’Anne Fortin Ainsi cuisinaient les Belles-Soeurs dans l’oeuvre de Michel Tremblay : une traversée de notre patrimoine culinaire : 1913-1963 (voir p.26). Il ne s’agit que d’une seule version de la recette, mais il en existe d’autres.

La recette

Côtelettes de porc à la sauce tomate

Une recette de Mamie

Pour 4-5 personnes - Préparation : 10 minutes - Cuisson : 1 h

Ingrédients

  • 4-5 côtelettes de porc, préférablement avec l’os;
  • 2 c. à soupe de beurre;
  • 1 oignon, haché;
  • 1 gousse d’ail, écrasée;
  • 1 t. de bouillon de poulet, d’eau ou de jus de tomate;
  • 1 bte de 796 ml de tomates entières;
  • 500 g de pâtes larges au œufs fraîches ou sèches;
  • Sel et poivre, au goût;
  • Parmesan râpé, pour servir.

IMG_20200422_172913.jpg

Préparation

  1. Salez et poivrez généreusement les côtelettes de porc de chaque côté.
  2. Faites chauffer une sauteuse ou une grande poêle profonde avec couvercle à feu moyen-élevé et faites-y fondre le beurre.
  3. Faites frire les côtelettes 2-3 minutes de chaque côté jusqu’à ce qu’elles soient dorées. Réservez. Ne nettoyez pas la sauteuse!
  4. Pendant ce temps, hachez l’oignon et l’ail, puis versez les tomates dans un bol et défaites-les en petits morceaux à la main.
  5. Toujours à feu moyen-élevé, faites revenir l’oignon et l’ail dans le fond de cuisson des côtelettes en tentant de détacher les sucs collés, ajoutez du beurre au besoin s’il n’y en a pas assez pour frire l’oignon et l’ail.
  6. Déglacez avec le bouillon, l’eau ou le jus de tomates. Grattez bien le fond de la sauteuse. Laissez réduire de moitié.
  7. Ajoutez les tomates, retournez les côtelettes dans la sauteuse et faites mijoter à feu doux à mi-couvert environ 45 minutes. Rectifiez l’assaisonnement au bout de ce temps.
  8. Quelques minutes avant la fin de la cuisson, portez une grande marmite d’eau à ébullition et faites-y cuire les pâtes.
  9. Lorsque les pâtes sont cuites, égouttez-les, retournez-les dans la marmite (à feu éteint) et mélangez-les avec la sauce tomate (gardez un peu de sauce pour le service). Placez les pâtes dans un grand plat de service, disposez joliment les côtelettes dessus en les arrosant du reste de la sauce et saupoudrez de parmesan. Servez au centre de la table avec du pain et du beurre.

Notes

Il est important de préparer cette recette avec des côtelettes sur os, la sauce aura beaucoup plus de saveur. Malheureusement, mon supermarché n’en avait plus alors j’ai dû prendre les désossées. Si vous prenez des côtelettes désossées, doublez-en la quantité, puisqu’elles sont normalement beaucoup plus petites. Vous pouvez prendre le type de tomates que vous préférez (broyées, en dés ou entières). Dans ma famille on a toujours préféré les tomates entières que l’on défait à la main (c’est une tâche très plaisante pour un enfant). Vous pouvez déglacer la poêle avec du vin si vous voulez, mais ce n’est pas ce que ma grand-mère faisait. Elle ne cuisinait pas au vin. Enfin, vous pouvez utiliser le type de pâtes que vous voulez, mais ma grand-mère et ma mère ont toujours préparé ce plat avec des pâtes aux œufs. Profitez-en pour faire des pâtes fraîches!

00100lrPORTRAIT_00100_BURST20200422184952707_COVER.jpg

Bon appétit!